La citation du jour : Freud, Leçons d’introduction à la psychanalyse, 23ème leçon : les voies de la formation du symptôme

#

« Nous savons déjà que les symptômes névrotiques sont le résultat d’un conflit qui s’élève au sujet d’un nouveau mode de satisfaction libidinale. Les deux forces qui se sont désunies se rejoignent de nouveau dans le symptôme, se réconciliant pour ainsi dire grâce au compromis qu’est la formation de symptôme. C’est bien pourquoi le symptôme est à ce point capable de résistance ; il est tenu des deux côtés. Nous savons aussi que l’un des deux partenaires du conflit est la libido insatisfaite, repoussée par la réalité, qui doit désormais rechercher d’autres voies pour sa satisfaction. (…)

Les représentations auxquelles la libido transfère maintenant son énergie en tant qu’investissement appartiennent au système de l’inconscient et elles sont soumises aux processus qui, là, sont possibles, en particulier à la condensation et au déplacement. Par là sont maintenant établies des conditions qui ressemblent parfaitement à celles de la formation du rêve. De même qu’au-devant du rêve proprement dit – qui s’est parachevé dans l’inconscient et qui est l’accomplissement d’une fantaisie de souhait inconsciente- vient une part d’activité (pré)consciente qui exerce l’activité de censure et qui, une fois que celle-ci a eu ce qui lui revient, autorise la formation d’un rêve manifeste comme compromis, de même la représentance de la libido dans l’inconscient doit encore compter avec la puissance du moi préconscient. L’opposition qui dans le moi s’était élevée contre cette représentance la suit de près comme « contre-investissement » et l’oblige à choisir précisément l’expression qui peut devenir en même temps l’expression de ladite opposition. C’est ainsi qu’apparaît le symptôme, comme rejeton plusieurs fois déformé de l’accomplissement de souhait libidinal inconscient, produit équivoque ingénieusement choisi avec deux significations qui se contredisent complètement. »

FREUD S., Leçons d’introduction à la psychanalyse, 23ème leçon : les voies de la formation du symptôme, PUF, 2000 (14ème volume des œuvres complètes), pp. 372-373

Citation relevée par  Marc-Antoine Antille