La citation du jour : Jacques-Alain Miller, Le tout dernier Lacan 

#

« Quand (…) l’espace d’un lapsus n’a plus aucune portée de sens (ou interprétation), alors seulement on est sûr qu’on est dans l’inconscient ». On peut croire que c’est connu puisque la valeur des non-sens est depuis toujours, par Lacan, soulignée et mise en fonction. Néanmoins, ce que cette phrase très surprenante, si on la regarde de près, comporte, c’est la disjonction entre l’inconscient et l’interprétation, une exclusion entre ces deux fonctions, je dis fonction pour inconscient, puisque, dans le même texte, Lacan parle en effet de la « fonction inconsciente ». C’est de nature à faire vaciller ce que nous croyons savoir de l’articulation de l’inconscient (…) Cela attaque ce qui est, pour nous, le principe même de l’opération psychanalytique, pour autant que la psychanalyse a son départ dans l’établissement minimal, S1-S2, du transfert. »

Jacques-Alain MILLER, « Le tout dernier Lacan » (2006-2007), L’Orientation lacanienne III, 9, Enseignement prononcé dans le cadre du Département de psychanalyse de Paris VIII, leçon du 15 novembre 2006, inédit. (Ou encore : Leçon du 15 novembre 2006 voir l’article intitulé « L’inconscient réel »,  Quarto, 88-89, décembre 2006, p. 7.)

Citation relevée par Epaminondas Theodoridis