Le nom sur le bout de la langue par Jeanne Joucla

#

Le nom sur le bout de la langue 1

Dans l’oubli du nom Signorelli, l’auteur des fresques d’Orvieto, Freud relate comment la chaîne signifiante est interrompue ; il force sa mémoire, revoyant sa journée à Orvieto au point de se représenter les peintures avec une « particulière acuité » et « que se tenait devant ses yeux l’autoportrait du peintre… mais son nom se cachait obstinément » 2. Le peintre le regarde, lui Freud, au point où sa castration de médecin a surgie dans la conversation qui a précédé.
Freud, en position d’analysant, sait que son oubli n’est pas fortuit. Ceci nous incite à livrer le nôtre et une partie de son fil mental :

Le nom de Charles Berling m’échappe depuis que j’ai lu son livre d’entretiens avec Michel Bouquet 3.
1) Ce livre m’a contrariée et je dois admettre que cela ne tient pas au contenu mais au ton que je suppose à Berling dont j’attendais un exercice d’admiration à la hauteur de la mienne ! Ce ton d’égal à égal me dérange ! Mon oubli fait chuter Berling.
2) Rien ne vient s’y substituer comme pour Signorelli. Mais j’ai sur le bout de la langue une consonance étrangère : le « ing » affleure, associé à l’anglais que j’ai tant de mal à parler !
3) Le nom Berling ne me revient pas, mais je vois son visage. Me regarde-t-il en ce point de mon impuissance à bien parler anglais comme je devrais ? C’est par ce bout de signifiant, ce « déchet » dit Lacan, ce « ing » que j’arrive à le faire remonter, avant de le ré-oublier.
4) J’ai vu M. Bouquet au théâtre pour « Le roi se meurt », point d’orgue d’une admiration sans borne ! C. Berling a rencontré M. Bouquet sur le tournage du film d’Anne Fontaine « Comment j’ai tué mon père » origine des entretiens où, à mon grand dam, il tue le père.
Le père idéal a la vie dure… A suivre !

1 Atelier d’introduction à la psychanalyse, Section clinique de Rennes, « ça rêve, ça rate, ça rit ».
2 Freud S., « Sur le mécanisme psychique de l’oubli », Résultats, idées, problèmes I, PUF 1998, p. 101.
3 M. Bouquet et C. Berling, Les joueurs, Entretiens, 2001, Grasset.