Le Séminaire, livre XIX, « ou pire » 

#

par Claudia Iddan

« On voit bien comment et avec quoi le rêve travaille, ce sur quoi il tricote. Il le fait avec les éléments de la veille, comme dit Freud, c’est-à-dire avec ce qui est là encore tout à fait à la surface de la mémoire, et non pas dans la profondeur. La seule chose qui relie le désir du rêve à l’inconscient, c’est la façon dont il faut travailler pour résoudre le problème d’une formule avec = 0, pour trouver la racine grâce à quoi s’annule la façon dont ça fonctionne. Si ça ne s’annule pas, comme on dit, il y a le réveil, moyennant quoi le sujet continue à rêver dans sa vie. »

Jacques LACAN, Le Séminaire, livre xix, « … ou pire » (1971-1972), Paris, Seuil, texte établi par Jacques-Alain Miller, Paris, Seuil, coll. Champ freudien, 2011, page 234